Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



-Oeuvres recentes-Maroc Hebdo

compositionpapierceramiquedetail.jpg

Francis Picabia disait que si notre tête était ronde, c’est
pour permettre à la pensée de changer de direction.
Autrement dit, renouveler constamment nos outils
d’investigation tout en nous renouvelant, changer de cap,
oeuvrer loin des sentiers battus pour ouvrir des perspectives
inédites à ce que nous faisons et à ce que nous sommes. Les
derniers travaux de Fatiha Zemmouri répondent à cet
impératif esthétique et existentiel.
Il s’agit là pour Fatiha Zemmouri de tenter une nouvelle
approche de la matière, elle expérimente, élabore, compose,
donne à voir, fait sentir autre chose autrement. D’où
l’exploitation de matériaux tels le charbon de bois et le
carton… Certes la matière est depuis toujours au fondement
de l’aventure plastique de Fatiha Zemmouri. Elle en est
même la matrice et la condition de possibilités. Fatiha
Zemmouri a toujours su en effet, explorer les potentialités
latentes des matériaux que seule une sollicitation esthétique
et subtile pourrait actualiser, révéler, réaliser.
La nouveauté cette fois est l’intégration plastique de
matériaux de consommation courante. Ces matériaux sont
proches de nous, si proches, si habituels qu’on en oublie
l’existence. La société de consommation banalise les
matériaux d’usage courant. Et c’est avec une approche
toute contemporaine que Fatiha choisit de les extraire de
leur banalité, et de leur statut d’objets usuels, de les
dépouiller de leur valeur d’usage pour faire apparaitre leur
valeur esthétique et poétique.
Le matériau, ainsi saisi et détourné, opère comme un
déflecteur esthétique. Simple objet d’usage dans la vie
quotidienne, le médium devient élément de base dans la
création plastique et se transforme, par l’effet même de
cette création, en fétiche symbolique qui déstabilise nos
attentes et nos lieux communs. C’est ce que Freud appelait:
« la montée vers le haut ». Le charbon de bois et le carton,
que Fatiha Zemmouri intègre cette fois, gardent leur texture
et leur aspect chromatique et ne sont jamais usurpés ni
parasités par l’artifice de la peinture. Pris à l’état brut, ils le
demeurent. Seul le jeu de composition et d’accumulation
varie. Et l’on découvre subitement que Fatiha Zemmouri
développe une esthétique tactile sensuelle. Il ne s’agit plus
de constructions picturales à proprement parler, mais de
formes sculpturales qui opèrent par le relief et le volume.
Texte de Mostafa Chebbak
Maroc Hebdo
Avril 2010

Pas de Commentaires à “-Oeuvres recentes-Maroc Hebdo”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Mme de Pompadour |
les lutins ethnic |
Le Salon d'Anderson |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sami NGZ
| atelierinterferences
| les ateliers Véronèse Nantes